Les mineurs mis en cause selon les statistiques de police

par Bruno AUBUSSON DE CAVARLAY – mai 2013

 

Bruno AUBUSSON de CAVARLAY est chercheur au CESDIP où il a mené des recherches sur les filières pénales et l’analyse quantitative des modes d’opérer du système pénal. Il travaille à la constitution de bases statistiques sur la longue durée (séries policières, séries judiciaires, séries pénitentiaires).

 

Évaluer quantitativement la délinquance des mineurs à partir des données policières est d’autant plus courant qu’elles sont disponibles sur une longue durée. Moyennant quelques précautions, il est possible d’établir des séries depuis 1974 tandis que les sources alternatives sont très peu développées en France. Même ceux qui regardent avec suspicion les « chiffres du 4001 » lorsqu’il s’agit de la criminalité ou de la délinquance en général peuvent adopter une attitude pragmatique lorsqu’il s’agit de l’évolution ou de la répartition géographique de la délinquance des mineurs. On considère alors que connaître cette délinquance, dite « apparente » parce que saisie à l’entrée du système pénal, vaut mieux que l’ignorance totale. On rappellera donc ici les limites d’utilisation des statistiques de police judiciaire avant de commenter quelques résultats de long terme en respectant ces règles méthodologiques fondamentales.

 

Télécharger le bulletin