Présentation

 

L’organisation du CESDIP

Le CESDIP est une unité mixte de recherche du CNRS (UMR 8183), créée par le décret n° 83-926 du 20 octobre 1983. Le CESDIP a une histoire longue de plus de 50 ans. Il est l’émanation du Service d’Études Pénales et Criminologiques du ministère de la Justice (SEPC) établi en 1969. Le CESDIP occupe une place particulière dans le paysage des laboratoires de sciences humaines et sociales (SHS) en France, en raison de sa spécialisation historique dans un champs, celui des institutions pénales et des déviances, mais aussi du fait de la structuration de ses tutelles qui sont au nombre de quatre : le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), le Ministère de la Justice (MJ), l’université de Versailles Saint-Quentin (UVSQ) et l’université de Cergy-Pontoise (UCP).

L’histoire du laboratoire et son souci permanent d’adapter ses analyses aux transformations des institutions judiciaires, pénitentiaires et policières, des politiques publiques de sécurité et de l’opinion publique au sujet de la criminalité, ont conduit à élargir progressivement ses champs d’exploration. La volonté d’inscrire le laboratoire dans une dynamique accompagnant les recompositions dans le monde académique explique également cette reconstruction. Un bref rappel de la genèse du laboratoire permet de prendre la mesure de sa position singulière comme de son rôle central dans l’articulation entre mondes professionnels, institutions publiques, monde de la recherche et société civile.

Actuellement, le CESDIP est implanté à Guyancourt (Saint-Quentin-en-Yvelines), à proximité de la faculté de droit et science politique et de l’UFR des sciences sociales, dans des locaux locatifs.

Il est dirigé par Jacques de Maillard, assisté d’une directrice-adjointe : Mathilde Darley, qui succèdent à Philippe Robert, Claude Faugeron, René Lévy, Laurent Mucchielli, Fabien Jobard et Christian Mouhanna.

Outre les personnels statutaires : chercheur(es), enseignant(es)-chercheur(es), ingénieur(es), technicien(nes), administratif(ves), le laboratoire accueille des doctorant(es), chercheur(es) associé(es) et des personnels contractuels.

Organigramme du CESDIP

 

La politique scientifique du CESDIP

La mission essentielle du CESDIP est de contribuer à la production d’une sociologie pénale reconnue internationalement.

À cette fin, l’objectif scientifique premier du CESDIP est la production de résultats originaux de recherches dans les revues internationales des diverses disciplines de sciences humaines et sociales. Le CESDIP veille également à répondre aux demandes de conseil ou d’orientation formulées par les pouvoirs publics sur les matières relatives au crime et à son traitement.

En dépit de son intégration formelle à l’UVSQ réalisée en 2006, le CESDIP était jusqu’en 2010 peu investi dans le champ de l’enseignement supérieur. Guidée par le souci de son intégration universitaire, le laboratoire a engagé en 2010 un dialogue fructueux avec sa tutelle universitaire, visant à l’allocation d’une dotation financière crédible, à l’affectation de personnels et à son intégration dans le paysage académique, à commencer par la composante Droit et science politique. Le CESDIP a par ailleurs renforcé son encrage universitaire en s’intégrant à diverses structures (administratives ou de recherche) de l’Université Paris-Saclay (labex, équipement d’excellence, master, école doctorale, Sénat…) mais également en se dotant d’une nouvelle tutelle universitaire avec l’Université de Cergy-Pontoise.

 

 

La recherche au CESDIP

Le CESDIP a vocation à produire des recherches sur les phénomènes de criminalité et de délinquance (et plus largement de déviance) et sur les institutions en charge de prévenir, contrôler, incriminer ou réprimer ces phénomènes (en premier lieu les institutions pénales). Les recherches du CESDIP s’attachent donc à comprendre le fonctionnement et la production des institutions pénales, de la justice pénale, de la police, de la gendarmerie, et plus largement des institutions qui prennent part à la prévention et au traitement des atteintes aux personnes et aux bien, et à la sécurité. Le laboratoire est interdisciplinaire et rassemble des sociologues, des économistes, des politistes et des historiens. Il relève des sections 36 et 40 du CNRS, et les universitaires affectés au laboratoire sont habilités en sections 04, 19 et 22 du CNU.

Les recherches menées par les membres du CESDIP se situent presque exclusivement dans un domaine de spécialité : les questions de déviances, de sécurité et de justice pénale. Cette spécialisation est la force du laboratoire, ce qui fait de lui le plus ancien et plus important centre de recherches français sur ces questions. Au sein de cette spécialisation, la force du laboratoire provient cependant aussi d’une triple ouverture : dans les méthodes (aussi bien quantitatives que qualitatives), dans les disciplines (sociologie, science politique et histoire) et dans les aires géographiques couvertes (de nombreuses recherches ont en effet une forte dimension comparative européenne voire internationale).

En savoir plus sur les recherches du CESDIP