Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Séminaire du CESDIP – Travaux en cours

17 mars 2023 @ 10 h 30 - 12 h 30

 Bénédicte Laumond

« Faire face aux partis radicaux de droite en France: une recomposition des initiatives contre le Rassemblement National et Reconquête? »

On observe dans les démocraties libérales européennes une normalisation des partis radicaux de droite (Mudde 2019 ; Winter, Mondon 2020). Contrairement à leurs prédécesseurs, ces partis ne sont pas ouvertement opposés aux procédures démocratiques. Ils jouent le jeu du débat et de la compétition politique, en tout cas lorsqu’ils ne sont pas au pouvoir. Dans ce contexte, la question du renouvellement des réactions formulées à l’encontre de ces partis se pose. La France se caractérise, à l’instar de certains de ses voisins comme l’Allemagne ou la Wallonie, par une exclusion historique des partis radicaux de droite comme le Front National/Rassemblement National (RN) dans l’arène politique et au sein de la société civile.

Ce positionnement s’explique par un rejet de l’idéologie de la droite radicale qui valorise une vision nativiste de la nation (= vision excluante de la nation composée uniquement des natifs) et des politiques autoritaires (= les non-natifs sont ciblés par des mécanismes qui contreviennent aux principes de l’État de droit) (Mudde 2007 ; Pirro 2022). Ainsi, le RN a jusqu’à présent été (presque) systématiquement exclu des coalitions de gouvernement à l’échelon national et régional. De la même manière, la pratique du front républicain s’est popularisée depuis l’accession de Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle en 2002. Enfin, des représentants de la société civile ont développé des stratégies de poursuite pénale systématiques à l’encontre de leaders du FN/RN incitant à la haine raciale (Bleich 2003).

Or, l’on constate aujourd’hui que cette tradition de marginalisation des forces radicales de droite rentre en tension avec d’autres stratégies, plus récentes, visant à contenir différemment le succès des partis radicaux de droite. On pense par exemple à la cooptation d’une partie des propositions des partis radicaux de droite par des partis de gouvernement comme Les Républicains (Haegel 2011) ou aux débats sur la possibilité de coopérer, ponctuellement, avec des élus du RN à l’Assemblée. Enfin, l’affaiblissement du front républicain lors des élections présidentielles et législatives de 2022 a marqué les esprits.

Dès lors, ce projet de recherche a pour ambition première de faire un état des lieux des initiatives contemporaines s’opposant aux partis radicaux de droite en France (2020-2024) et d’identifier d’éventuelles évolutions entre 2020 et 2024. Il se concentrera sur deux organisations : le Rassemblement National et Reconquête. Le segment temporel choisi est marqué par deux changements dont l’importance devra être évaluée : l’apparition d’un second parti radical de droite mené par Eric Zemmour et l’entrée massive de députés RN à l’Assemblée Nationale.

Ce projet s’inscrit dans le sous-champ établi de la science politique, bien qu’encore peu représenté en France, qui s’intéresse à la défense démocratique (democratic defence), soit la capacité des démocraties libérales à contenir des mouvements hostiles à leurs valeurs (universalisme, individualisme, rule of law, etc.).

Cette recherche présente deux objectifs : 1- identifier une éventuelle recomposition du modèle d’appréhension des partis radicaux de droite en France et 2- comparer le cas français à d’autres démocraties (Allemagne, Danemark, Suède, Italie, Espagne, Pologne, Hongrie) dans le cadre d’une collaboration existante avec des collègues européens.

Détails

Date :
17 mars 2023
Heure :
10 h 30 - 12 h 30
Catégorie d’évènement:
Étiquettes évènement :
, , , ,

Organisateurs

Marion Guenot
Valérie ICARD
Marguerite Trabut

Lieu

CESDIP – Salle de Réunion
43 boulevard Vauban
Guyancourt, 78190 France
+ Google Map
Téléphone :
01 34 52 17 00
Site :
http://www.cesdip.fr