Présentation

 

L’organisation du CESDIP

Le CESDIP est une unité mixte de recherche du CNRS (UMR 8183), créée par le décret n° 83-926 du 20 octobre 1983. Le CESDIP a une histoire longue de plus de 40 ans, puisqu’il est l’émanation du Service d’Études Pénales et Criminologiques du ministère de la Justice (SEPC) établi en 1969.

Depuis 2006, le CESDIP est une UMR dotée de trois tutelles : le CNRS, le ministère de la Justice, l’Université de Versailles-Saint-Quentin, auxquelles s’est adjointe une quatrième tutelle en 2016 : l’Université de Cergy-Pontoise.

Il est dirigé par Christian Mouhanna, assisté d’un directeur adjoint : Jacques de Maillard, qui succèdent à Philippe Robert, Claude Faugeron, René Lévy, Laurent Mucchielli et Fabien Jobard.

Effet de son histoire, travaillent aujourd’hui au CESDIP des personnels en provenance de nos trois tutelles, et d’autres établissements. Le laboratoire accueille à ce jour, au titre des personnels statutaires (hors émérites) :

  • des chercheurs CNRS,
  • des enseignants-chercheurs,
  • des ingénieurs,
  • des techniciens et administratifs du CNRS,
  • des chercheurs enseignant à l’UVSQ,
  • des adjoints administratifs d’administration centrale du ministère de la Justice.

A ces agents s’ajoutent des collègues affectés à des structures ne relevant pas de l’université ou du CNRS et associés au CESDIP, des doctorants  et des ingénieurs et chercheurs contractuels.

La position centrale du CESDIP dans le champ français consacré aux recherches sur les déviances l’a amené à se joindre le concours de plusieurs autres universitaires affectés dans d’autres universités, qui souhaitaient mener leurs recherches au CESDIP. D’autres chercheurs mènent également leurs travaux au CESDIP, tout en menant leur activité principale dans d’autres administrations telles que la direction de l’Administration pénitentiaire, l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Île-de-France, la Protection judiciaire de la jeunesse ou, bien sûr, l’Éducation nationale.

Organigramme interactif du CESDIP

 

La recherche au CESDIP

Le CESDIP a vocation à produire des recherches sur les phénomènes de criminalité et de délinquance (et plus largement de déviance) et sur les institutions en charge de prévenir, contrôler, incriminer ou réprimer ces phénomènes (en premier lieu les institutions pénales). Les recherches du CESDIP s’attachent donc à comprendre le fonctionnement et la production des institutions pénales, de la justice pénale, de la police, de la gendarmerie, et plus largement des institutions qui prennent part à la prévention et au traitement des atteintes aux personnes et aux bien, et à la sécurité. Le laboratoire est interdisciplinaire et rassemble des sociologues, des économistes, des politistes et des historiens. Il relève des sections 36 et 40 du CNRS, et les universitaires affectés au laboratoire sont habilités en sections 04, 19 et 22 du CNU.

Les recherches menées par les membres du CESDIP se situent presque exclusivement dans un domaine de spécialité : les questions de déviances, de sécurité et de justice pénale. Cette spécialisation est la force du laboratoire, ce qui fait de lui le plus ancien et plus important centre de recherches français sur ces questions. Au sein de cette spécialisation, la force du laboratoire provient cependant aussi d’une triple ouverture : dans les méthodes (aussi bien quantitatives que qualitatives), dans les disciplines (sociologie, science politique et histoire) et dans les aires géographiques couvertes (de nombreuses recherches ont en effet une forte dimension comparative européenne voire internationale).

En savoir plus sur les recherches du CESDIP