110 – Victimation et insécurité en Île-de-France 2006-2007-2008

Analyse de la 5e enquête (2009) de l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Île-de-France (IAU-IdF)

par David BON, Matthieu DE CASTELBAJAC, Philippe ROBERT, Renée ZAUBERMAN, Sophie NÉVANEN (juillet 2011)

 

Tous les deux ans depuis 2001, l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région Île-de-France (IAU-ÎdF) mène une enquête sur la victimation et l’insécurité des Franciliens.

 

Qu’est-ce qu’une enquête de victimation ?

C’est un sondage auprès d’un échantillon représentatif de la population. On interroge les membres de l’échantillon sur les atteintes incriminables qu’ils déclarent avoir subi au cours d’une période délimitée.

Il existe des enquêtes de victimation internationales, nationales et locales. Leurs apports à la connaissance sociologique du crime sont nombreux. Et d’abord ces enquêtes procurent une information sur des faits ignorés des services de police pour n’avoir pas donné lieu à un enregistrement. Par suite, elles mesurent la propension des personnes à alerter les autorités après avoir subi une atteinte.

Ce n’est pas le seul avantage des enquêtes. Les statistiques de police ne comptent que des faits et des suspects. Les enquêtes de victimation, en plus de dénombrer des atteintes, décrivent leurs circonstances, le profil des victimes, ainsi que les liens entre l’expérience de victimation et le sentiment d’insécurité.

Ces apports ont assuré le succès des enquêtes de victimation. Ils ont fait d’elles un instrument de pilotage et d’évaluation des politiques publiques de sécurité, notamment aux niveaux régional et local où de telles politiques sont habituellement mises en œuvre.

 

L’analyse d’ensemble des données de 2009 est développée dans le présent rapport suivant le plan des précédents. Cette présentation met en valeur la sérialisation des données réunies depuis 2001. Un début de mise en série apparaissait dans les rapports de 2003 et 2005, mais la campagne sous examen ouvre une vue plus longue. Comme les précédentes campagnes, elle couvre une période de trois ans, en l’occurrence 2006, 2007 et 2008. La première enquête de 2001 couvrait, elle, les années 1998, 1999 et 2000. Avec les données des cinq campagnes on dispose donc d’une information sur une décennie, depuis 1998 jusqu’à 2008.

 

Télécharger le dossier