Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Séminaire du CESDIP

2 avril : 10 h 00 - 13 h 00

Kathia Barbier (PRINTEMPS) est docteure en sociologie et actuellement ATER à l’Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines (département de sociologie-démographie).

Le genre de la délinquance. De quelques facteurs d’invisibilisation des femmes dans les statistiques pénales

Dans le cadre de sa thèse intitulée « Accessoires. L’invisibilisation des femmes dans les procédures pénales en matière de stupéfiants », Kathia Barbier s’est particulièrement intéressée aux effets du genre sur le processus décisionnel pénal, en questionnant les effets de l’appartenance de sexe des justiciables et des professionnel.les (policier.ières et parquetier.ières) sur les processus de construction de la population délinquante telle qu’elle se donne à voir dans les statistiques pénales. L’analyse a mis au jour plusieurs facteurs d’invisibilisation statistique de certains profils de délinquant.es, parmi lesquels se trouvent souvent les femmes. La communication présentera quelques résultats de ce travail. La focale sera placée sur les facteurs d’invisibilisation des femmes liés aux représentations sociales de genre et de la délinquance repérées dans les propos des professionnel.le.sinterrogé.es, et qui sont apparues comme opérant dans les processus de mise en œuvre du droit à ce stade de la chaine pénale

 

Stéphanie Guyon est maîtresse  de  conférences en science politique à l’Université Picardie Jules Verne (Amiens). Elle poursuit des recherches sur la Guyane depuis 2003. Ses travaux ont d’abord porté sur les mobilisations en faveur de la propriété de la terre dans le village amérindien de Balaté (commune de St-Laurent du Maroni) et sur les appropriations locales des luttes autochtones. Son doctorat a appréhendé la formation d’un espace politique dans la commune de St-Laurent du Maroni de 1949 à nos jours dans la perspective de saisir les relations entre Amérindiens, Noirs-marrons et Créoles sur une scène sociale circonscrite.

Des malentendus judiciaires post-coloniaux : la justice étatique face aux relations familiales businenge (Guyane française)

A partir d’une ethnographie des pratiques politiques locales, la thèse examine les conditions effectives de la transmission dans l’espace politique contemporain des hiérarchies entre les groupes forgées pendant le moment colonial. Stéphanie Guyon a ensuite continué à travailler sur le legs colonial en Guyane en s’intéressant aux politiques publiques dédiées aux Amérindiens et aux Noirs-marrons dans la période post-coloniale. Sa recherche actuelle sur la justice familiale en Guyane s’inscrit dans la même perspective.

Détails

Date :
2 avril
Heure :
10 h 00 - 13 h 00
Catégories d’Évènement:
,
Étiquettes Évènement :
, , , , , , , , , ,

Organisateurs

Mathilde DARLEY
Bénédicte LAUMOND