Les agressions en france depuis le milieu des années 1980

par Emmanuel DIDIER, Lisa MICELI, Philippe ROBERT, Renée ZAUBERMAN, Sophie NÉVANEN – décembre 2008

 

Le CESDIP a entrepris de publier dans Questions Pénales des résultats de recherches sur l’évolution de la délinquance. Le numéro XXI.4 de septembre 2008 était déjà consacré à l’homicide. Cette livraison-ci est consacrée aux violences interpersonnelles non mortelles à partir de travaux réalisés par Renée Zauberman, Philippe Robert, Emmanuel Didier, Sophie Névanen et Lisa Miceli dans le cadre d’un contrat (sur appel d’offres blanc) avec l’Agence nationale de la recherche.

 

Pour évaluer l’évolution d’une délinquance, il faut pouvoir confronter plusieurs sources de données. En ce qui concerne les violences non mortelles, on dispose d’enquêtes de victimation où l’on interroge les membres d’un échantillon représentatif sur les infractions dont ils ont pu être victimes dans une période donnée ; on peut comparer leurs résultats aux données contenues dans les statistiques d’activité de la police et de la gendarmerie. En raison de l’hétérogénéité des agressions que les enquêtés peuvent avoir subies, on les répartira en trois catégories, analysées dans cet ordre : 
- les agressions physiques caractérisées ayant entraîné une incapacité de travail d’au moins huit jours, 
- les autres agressions physiques (blessures moins graves, coups…), 
- les « autres » agressions (telles que rackets, vols à l’arraché « simples », menaces, injures…).

 

Télécharger le bulletin