Contours et positionnement d’une forme hybride de policing résidentiel. Le cas du Groupement parisien inter-bailleurs de surveillance (GPIS).

Par Virginie Malochet. Champ pénal/Penal Field, Vol XIV, octobre 2017.

 

Contours et positionnement d'une forme hybride de policing résidentiel. Le cas du Groupement parisien inter-bailleurs de surveillance (GPIS).

Le Groupement parisien inter-bailleurs de surveillance (GPIS) patrouille la nuit dans les parties communes de 500 résidences d’habitat social dans l’objectif d’y maintenir la tranquillité. Financièrement soutenue par la ville de Paris, c’est une structure hybride qui associe douze organismes HLM et relève du cadre réglementaire des activités privées de sécurité. Vue d’ensemble sur un dispositif unique en son genre dans le contexte français, révélateur d’un mouvement de pluralisation du policing auquel Paris n’échappe pas.

 

In the French context, the Groupement parisien inter-bailleurs de surveillance (GPIS) is a very singular unit which ensures an overnight surveillance of Parisian social housing areas. This hybrid structure is partly funded by the Paris city council, led by twelve social housing providers and legally considered as a private security force. An overview of this specific organization clearly illustrates the pluralization of policing observable in Paris and throughout the world.

 

Télécharger la version numérique

Autres publications des membres du CESDIP