Accommodements, contournements et preuves identitaires : réflexions sur quelques stratégies individuelles déployées devant la commission de classement des récidivistes pour échapper au bagne (fin XIXe-début XXe siècle)

Par Jean-Lucien Sanchez. Criminocorpus, 13 novembre 2017.

 

Accommodements, contournements et preuves identitaires : réflexions sur quelques stratégies individuelles déployées devant la commission de classement des récidivistes pour échapper au bagne (fin XIXe-début XXe siècle)Avant leur départ pour le bagne, les relégués pouvaient adresser des requêtes à une commission de classement des récidivistes qui se réunissait peu avant l’organisation d’un convoi. Si le recours lui semblait légitime, elle pouvait ordonner des suppléments d’enquête et, le cas échéant, proposer une grâce à la Direction des affaires criminelles et des grâces du ministère de la Justice. Beaucoup de relégués tentaient ainsi de mentir sur leur état-civil pour tromper les membres de la commission. Mais ceux-ci parvenaient sans difficulté à contourner ces stratégies d’usurpation d’identité grâce à l’usage d’outils d’identification comme le casier judiciaire ou l’anthropométrie.

 

Before they left for the prison, the relégués could address requests to a commission of classification of the recidivists who met shortly before the organization of a convoy. If the remedy appeared to be legitimate, it could order further inquiries and, if necessary, submit a proposal of pardon to the Criminal Affairs and Pardons Department of the Department of Justice. Many relégués tried to lie about their identity to deceive the members of the commission. But they managed to easily circumvent these strategies through the use of identification tools such as the criminal record or anthropometry.

 

Télécharger la version numérique

Autres publications des membres du CESDIP